La mythologie grecque – Zeus

Posted on jeudi 3 septembre 2009

17


Salut, ô grand Zeus ! Tu nais du Titan Chronos et de la titanide Rhéa, qui est la soeur de son mari, soulignons-le. Ton cher papa, tout maltraité qu’il fut par son père, décide de suivre à peu près la même voie. En effet, une prophétie lui a fait savoir qu’un de ses enfants lui prendrait sa place de roi. C’est pourquoi il les mange. Je salue l’originalité de la démarche à une époque où on les aurait bêtement cachés dans un frigo. A l’occasion de ta naissance, on assiste aussi à l’une des premières fourberies de l’histoire. Gaïa, ta grand-mère, donna la marche à suivre à ta mère. Elle mit donc une grosse pierre dans un lange et le servit au souper à Chronos entre les endives et le rôti.

rd

Tu crois qu'il t'en faut plus du papier toilette ?

Tu es alors emmené en Crête où tu es élevé par les nymphes du mont Ida dans une grotte secrête. Tu n’arriveras pas à nous faire croire que grandir avec des nymphes est compliqué (petit clin d’oeil complice). Tu pousses, pousses, pousses jusqu’à devenir un bon grand gaillard. La légende raconte que les nymphes se sont retirées au couvent après ton passage. Elles ont boités pendant tout le reste de leur vie, les pauvres. Arrivant à l’âge adulte, tu te décides à taper un grand coup. Tu séduis une titanide du nom de Métis afin qu’elle fasse boire à Chronos une boisson, je cite « émétique ». Moi non plus, je ne sais pas ce que cela signifie. Cela doit être une boisson spéciale pour faire vomir des enfants. Car c’est ce qu’il se produit. Chronos vomit tous ses enfants en parfait état. Tu retrouves alors tous tes frères et soeurs. Hestia, ton aînée, qui restera vierge, Déméter et Héra qui seront tes épouses successives ; et tes deux frères aînés formant avec toi une sorte de « Trinité » : Poséidon et Hadès qui se partageront, après toi qui a pris le Ciel, le reste du monde : le premier, la Mer, le second, la Terre. Et bah mon cochon. Rien que ça.

C’est l’heure de la grande guerre car ton cher père n’accepte pas de s’être fait berner ainsi. Tu réunis tel l’un des meilleurs hommes politique, toute une armée de créatures diverses et variées. Et tu atterris en Olympe ! La consécration pour quelqu’un de si jeune. Sauf que comme le sait très bien la vox populi, ce qui donne le plus de mal sur un trône, ce ne sont pas les fesses mais bel et bien la conservation du pouvoir. Et c’est ainsi qu’arrivèrent ces aventures dignes d’un des meilleurs feuilletons télé.

rt

C'est sympa d'être consanguin mais visuellement, c'est vite chiant...

La Gigantomachie ! (faut imaginer l’apparition du titre comme dans les films, ça fait mieux)

Les faits : Gaïa était très très colère après Zeus. Le salaud avait confiné les Titans au Tartare. Elle décida de passer à l’attaque avec les Géants, immortels face aux Dieux. Ah ah, tu es bien baisé, s’est-elle surement dit. Sauf que tu avais plus d’un tour dans ta boîte à éclairs et tu décidas d’engendrer Héraclès, un héros invincible. D’aucun te traiteront surement de tricheur mais qui pourra te reprocher d’user du « god mode » ? Terme que l’aimable communauté auto-appelée geek (les vrais, pas ceux qui s’habillent branché) connait bien puisqu’il s’agit d’être invincible dans les jeux vidéos. Bref, Héraclès butte tous les gens de ses flêches implacables et ton poulain sort grand vainqueur de cette bataille. Comble de la gloire, il aura même droit à un dessin animé Disney. Alors à côté, Homère l’aveugle et ses récits épiques peuvent aller se remettre la toge.

Vient ensuite l’affaire Prométhée, comme le dirait la une du Figaro de nos jours. Il est un Titan, né de Japet et de Thémis. Petite anecdote historique : la race Titanesque possédant de grands pieds, il était quasiment impossible de les chausser. La mère de Prométhée consacra du temps à sa gente et finit par sortir un modèle de chaussures qu’elle appela modestement : les Thémis. L’étymologie a légèrement déformé le nom mais il est toujours usité aujourd’hui.

ert

Dépêche toi de finir la peinture, je ne vais plus pouvoir contracter longtemps !

Prométhée décida un jour qu’il s’ennuyait et qu’il jouait avec de la boue, de créer les hommes. Brrr, toi ça ne te plaisait pas ! « Qu’est ce que c’est que ces créatures grotesques et laides ? » demandas-tu à ton serviteur. Celui-ci te répondit un peu penaud qu’il les avaient fait à ton image… C’est alors que tu entres dans une colère noire, jets d’éclairs, tonerre de Zeus tout ça tout ça. Tu confisques le feu et tu inaugures l’avènement du « travailler dur » à ces créatures ignobles. Sans vouloir m’attirer tes foudres, tu étais limite tyranique comme mec non ? Et bien, disons qu’attacher un opposant au mont Caucase en jurant (et tu sais que les jurons des Dieux valent évangiles) qu’il resterait enchainé à la pierre toute sa vie durant, ça a un petit gout de Staline quand même.

Mais, puisqu’il y a un mais comme dans toutes les bonnes séries, tu vas être trahi. Héraclès, lui-même, ton arme secrête, va aller délivrer Prométhée en lui confectionnant une bague issue de ses chaines acollée à un morceau de pierre du Caucase. Ingénieux non ?

df

Pourquoi j'ai pas écouté quand on m'a dit que c'était électrifié ? Maintenant, j'peux plus bouger et ça me gratte le divin postérieur...

Vint ensuite ton fameux combat contre Typhon, ce monstre immortel aux cents têtes de dragons. Ce fut un peu ton boss de fin de partie. Et pendant que tu lui assénais des coups de foudre pour le repousser dans le désert du Tartare, la légende raconte qu’elle t’entendit chanter : « Un typhon phon phon les petites marées grecques » de ta voix voluptueuse et grave.

Entre deux, ton statut de Dieu vivant t’a accordé les faveurs de ces dames et c’est ainsi que nous avons pu dénombrer une cinquantaine de conquêtes, ce qui est certainement un chiffre bas. Le point important et l’ultime reconnaissance, c’est que notre civilisation a gardé l’image d’un Dieu grand, barbu et juste. Ne pavoise pas trop, même Chirac on l’aime bien maintenant…

Accordons au mot de la fin, une valeur toute proverbiale, si ça ne t’ennuie pas.

« Même Zeus ne peut faire que ce qui a été n’ait pas été en plein été. » Ca devrait occuper ton infini régence…

Publicités