Charles Pasqua.

Posted on lundi 12 janvier 2009

2


df

Comment ça, je te rends tes Ray-Ban? Mais moi aussi, je veux avoir la classe, oh!

Charles, Charles, Charles! Tu nais le 18 Avril 1927 à Grasse dans le département des Alpes-Maritimes. Tes parents sont André Pasqua et Françoise Reinaldi, l’un est flic et l’autre est mère au foyer pour respecter la tradition machiste couillu du fier Sud embrasé de soleil. En suivant l’exemple de ton père, tu entres dans la Résistance à 15 ans en 1942, refusant corps et âme une quelconque idée d’occupation. A 20 ans, ta licence de droit en poche, tu te maries avec une québécoise rencontrée à Grasse, j’ai nommé Jeanne Joly. Si elle s’était appelé Jeanne Mauche, te serais-tu marié quand même? Rien n’est moins sur…

Bref, en 1952, tu es embauché par Paul Ricard ce qui explique plus ou moins cette couche de mentons que tu as sous la bouche. C’est une collection que tu fais? En 1959, tu montes le SAC (Service d’Action Civique) qui avait pour but strict de protéger le Général au Long Nez. Ce n’était ni plus ni moins qu’une organisation terroriste mais j’ai comme dans l’idée que tes accointances avec le pouvoir permet encore aujourd’hui que ce groupuscule soit classé comme « association loi 1901 » au même titre que Emmaü, les Restos et « l’association pour trouver une bague à la taille des doigts de Zohra Dati. »

Tu es élu député à Clichy-Levallois en 1968 sous l’étiquette gaulliste. 1977, tu es élu Sénateur des Hauts-de-Seine.

gh

Oh, regarde! Un contrat illégal! On peut se faire du fric dessus, on le prend.

1981, ton heure de gloire est arrivé mais repartie aussi vite, elle avait un train à prendre. Tu parraines la campagne de Jacques Chirac, illustre perdant de cette élection face à Tonton. Bien vu, l’artiste!

1982, tu es témoin au premier mariage de Nicolas Sarkozy qui, pour te remercier, l’année d’après te vole littéralement la mairie de Neuilly Sur Seine. Les années passent, ton menton grandit et doucement, tu t’installes dans ton poste de vieux con gouvernant qui se prend pour Dieu. Ainsi, en 1986, tu es nommé à l’intérieur et ça s’est senti à l’extérieur.

Quand t'es arabe, tu ne peux pas être au mauvais endroit au mauvais moment.

Quand t'es arabe, tu ne peux pas être au mauvais endroit au mauvais moment, ça fait mauvais genre.

Malik Oussekine, battu à mort le 5 Décembre 1986 pendant l’effervescence des manifestations contre une réforme étudiante. Mais voyons voir l’histoire.

Le jeune Malik, 22 ans, sort tout guilleret d’un club de jazz du Quartier Latin. Il vient de s’abreuver de saxophone, de piano et de trompette et c’est le coeur en joie qu’il remonte le Boul’Mich. Quand soudain, deux voltigeurs (du nom de ses tueurs à moto, l’un conduisant et l’autre frappant à la volée ce qui se trouvait sur son chemin) se mettent à le poursuivre. Malik prend ses jambes à son cou, il court et croise Paul Bayzelon qui pousse la porte de son immeuble. Il s’y engouffre. Il se croit sauvé mais non, les policiers entrent à leur tour et lui déversent un torrent de caresses et de massages partout sur le corps. Ils l’inondent d’une subtance liquide rouge « qu’il paraît qu’elle est mieux pour masser. » Le samu accourt sur place et le transporte à l’hopital où ils décèdent « autant de son insuffisance rénale que du passage à tabac ». Ils n’ont rien trouvé de mieux pour se dégager les responsabilités. Et toi, Charles, tu précises que « Si j’avais un fils sous dialyse, je l’empêcherais d’aller faire le con dans les manifestations.» Il était jeune, arabe et rien ne te permettait de penser qu’il pouvait être là par hasard, c’était forcément un casseur. Les deux policiers ont eu 7 ans de prisons avec SURSIS à EUX DEUX. L’un avait 52 ans et a pris une pré-retraite, l’autre a été muté. Bravo, la justice.

Dans ta grande mansuétude, tu déposes en 1988 une demande de loi « relative au rétablissement de la peine de mort ainsi que pour la protection des fonctionnaires de sécurité et de justice ». Faisons avance rapide jusqu’à 1995 et l’élection de Jacques Chirac. Tu le soutiens depuis 1981, tu es considéré comme son mentor en politique mais tu soutiens… Edouard Balladur, cette baudruche molle. Quel flair, mes amis! Quel flair… Celui-ci, sans rancune, te refile la Légion d’honneur le 14 Juillet 1995. Pourquoi? On ne sait pas mais c’est pas pire que Poutine. Depuis, tu végètes entre Sénat et conseil régional encaissant tranquillement les chèques de tes cumuls de mandats.

fg

Mon compte en banque? Aussi petit qu'un rond de cette taille, monsieur le juge. Certains mois, j'ai même du mal à joindre les deux bouts...

Parlons du volet intéressant. Les affaires. Tu es cité dans 6 grosses affaires : La Sofremi, l’Angolagate, le Casino d’Annemasse, le déménagement du siège d’Alsthom, la fondation Hamon et Pétrole contre nourriture. Toutes ces affaires ont permis de mettre à jour le « réseau Pasqua » qui s’étend jusqu’en Afrique. Mais tu restes sénateur quand même, faut pas déconner. Elle est belle, la république.

Publicités