Maurice Papon.

Posted on mercredi 3 décembre 2008

1


Salut Momo. Tu nais le 3 Septembre 1910 à Gretz-Armainvilliers, c’est à dire que tu n’es pas né de la dernière pluie où alors, il ne pleut pas vraiment souvent dans ton pays. Clément Ader est né tout juste 20 ans avant toi dans cette même commune, ce qui fait qu’ils ont une autre célébrité nationale à honorer pour nommer les écoles, lieux publics et autres golfs. Ca les arrange, je suis sur, puisque les raclures ça fait moche sur le fronton des écoles.

papon_smulevic

Ton père, Arthur Papon, est clerc à l’étude d’un notaire de Romilly Sur Seine. Il fonde la « Société des Verreries Champenoises » suite à une grave maladie qui l’oblige à arrêter son activité notariale. Quand tu atteins les 9 ans, ton cher papa devient maire de la ville de Gretz et conservera ce poste jusqu’en 1937 avant de casser sa pipe en Juin 1942. Ta chère mère décède en 1931, tu as alors 21 ans. Tu passes par les lycées Louis Le Grand et Montaigne avant de commencer des études de droit que tu finiras de travers puis des études de lettres. Tu as pour l’instant le profil parfait du jeune homme propre sur lui. L’année du décès de ta Môman, tu entres au ministère de l’Air où tu apprends très certainement à en brasser. Tu milites dans le même temps à la Ligue d’Action Universitaire Républicaine et Socialiste sous la direction de Pierre-Mendès France. Cette ligue se bat pour le pacifisme et l’égalité entre les peuples. Autant dire que tu en as retenu les leçons…

maurice_papon200

Top, J'ai un grand nez, j'ai fait tuer des milliers de personnes, je ne suis ni Voldemort ni Saroumane, je suis, je suis?

En 1940, Maurice, tu intègres le gouvernement de Vichy puisque tu dis oui au Maréchal Pétain. En 1942, tu es nommé secrétaire général de la préfecture de Bordeaux, tu diriges le service des questions juives (combien ça coute? C’est kasher? Tu me fais un rabais?) Tu organiseras l’arrestation et la déportation de milliers de juifs girondins qui ne demandaient qu’à se dorer la kipah au soleil des vignes bordelaises.

A la fin de la guerre, un concours de circonstances va te sauver la mise. La résistance bordelaise aurait eu des contacts avec la gestapo et aurait peut-être collaboré. Tu en profites pour te faire signer un certificat de résistance (sans blague) qui sera fortement remis en question plus tard. Cependant, plus rien n’est clair en Gironde entre les résistants et les collabos. Tu t’en tires donc à bon compte.

lesilencedufleuve1

Bah, ils n'avaient qu'à savoir nager aussi!

En effet, en Octobre 1945, tu réintègres tranquillement ton bureau du ministère de l’Intérieur. Tu te promènes ensuite dans les préfectures entre l’Algérie et les Landes avant de te voir remettre la Légion d’Honneur en 1948. Après tout, on l’a bien donné à Stéphane Guivarch’ et Vladimir Poutine alors pourquoi pas? En 1958, nous approchons du terrain de tes exploits restés les plus célèbres. Tu es nommé préfet de police à Paris et tu as une bonne part du gâteau des responsabilités de ce qu’on peut appeler des massacres.

Le 17 Octobre 1961, le Front de Libération National algérien décide de manifester pacifiquement contre le couvre-feu imposé à tous les « français musulmans d’Algérie » de 20h30 à 5h30 du matin. Tu donnes alors l’ordre à ta police de les arrêter par tous les moyens possibles et elle ne va pas se gêner. Arme blanche, concours de lancer d’arabes dans la Seine, exécutions sommaires à l’arme à feu, tout y passe. Le lendemain dans la presse, grâce à la fantastique désinformation qui règne depuis toujours, les français peuvent apprendre que « 3 morts, 55 blessés, les policiers se sont défendus face à des manifestants agressifs et armés. »

Le Figaro , dans son rôle habituel de lèche-cul dégoulinant de merde « rend grâce à la vigilance, à la prompte action de la police », Paris-Jour prend ses rêves pour une réalité « C’est inouï ! Pendant trois heures 20 000 musulmans algériens ont été les maîtres absolus des rues de Paris ». Seuls Libération et L’Humanité exprimeront leurs doutes mais dans un habile toussotement (Ahem! Touss! Je ne suis pas si sur! Touss!) afin d’éviter à la censure gaulienne. Mais 300 morts ne passent pas inaperçus et tout ce beau petit monde va vite retourner sa veste pour sortir sa belle indignation de sa poche jusqu’à oublier tout ceci quand on leur demandera. Pour preuve, lorsque le métro Charonne décida d’avoir sa petite heure de gloire, 6 mois plus tard, la France entière s’indigna de la pire des répressions policières depuis la guerre.

Justement, parlons-en du métro Charonne. Le 8 février 1962, une manifestation contre l’OAS (organisation armée secrète) finit en boucherie. 9 morts en plus dans l’escarcelle de ta fierté, tués par ta police. En 1967, tu quittes la préfecture de police de Paris, ayant dépassé ton quota d’arabes à dézinguer. Tu erres entre les divers ministères et autres commissions.

d

Si vous faites un package pour l'au-delà, vous pourriez emmener Laurent Gerra aussi?

En 1981, tu es alors ministre du budget et tu fais l’erreur de ta vie. Tu envoies un contrôle fiscal sur la personne du Canard Enchainé, le journal satirique paraissant le mercredi. Le 6 Mai 1981, le journal réplique. Ou plutôt, il balance. Deux documents datant de la guerre, signés de ta main, qui montrent ta participation dans la déportation des juifs aquitains. Un grand débat nait alors et le 8 Décembre 1981, une plainte pour crimes contre l’humanité (ça a de la gueule non?) est déposé contre toi. Entre diverses tribulations, ce procès dura presque 15 ans et mobilisera presque toute l’opinion publique. Entre trafic d’influences et autres pressions sur la justice, tu es fini par être jeté en prison. Puis libéré en 2002 pour cause d’extrème maladie… Ce qui ne t’empechera pas de faire quelques voyages entre temps. Tu décèdes en 2007, le 21 février. Tu seras enterré avec ta légion d’honneur malgré qu’on te l’ait retiré. Un sacré filou jusque dans la mort. Papon, Papon, Papon. C’est le bruit que faisait la sirène des pompiers en t’emmenant à l’hopital. Dieu soit en location, ils n’ont pas réussi à te sauver.

Publicités