Charles De Gaulle – Premier Acte.

Posted on jeudi 13 novembre 2008

7


Salut Charles! Tu nais à Lille le 22 Novembre 1890, c’est à dire 5 ans et demi pétants après la mort de Victor Hugo. Un parallèle intéressant puisque vous vous suivez dans la lignée des grands hommes français. Ton Papa s’appelait Henri, il était professeur de français, latin, grec, histoire et mathématiques – comme quoi déjà à l’époque, l’éducation nationale manquait légèrement de personnel. Ta maman s’appelait Jeanne Maillot mais elle n’était pas esthéticienne. Tu as trois frères et une soeur, ils seront tous dans la résistance. Ton petit frère Jacques aussi, bien qu’il dût résister d’une autre manière puisqu’il était gravement handicapé après une encéphalite. C’est d’ailleurs le seul à ne pas avoir participé à la guerre et c’est le seul à mourir juste après, en 1946. C’est balot mais quand ça veut pas, ça veut pas.

f

Y en a un qui traine avec Kennedy, d'autres avec Khadafi. Chacun son style.

Charles, tu fais tes études dans des écoles bien catho’ à Paris et Bruxelles. A 18 ans, tu entres à l’école militaire de Saint-Cyr (roulements de tambour) en terminant 119ème sur 221. Comme quoi, nous avons encore une preuve que l’école ne fait pas tout. Ainsi, Quatre années après en 1912, tu sors diplomé de la promotion de Fès dans laquelle tu as certainement dû subir un contingent de jeux de mots graveleux. Tu rejoins alors l’infanterie et tu es affecté au 33ème régiment qui se situe à Arras sous la houlette du colonel Pétain… Parlez de destin. Ce qui te donna pour l’une des premières fois, l’occasion de lancer un juron qui est resté célèbre lorsque ce bon vieux Philippe te mettait de corvée de chiottes : Pétain de merde.

c

La hotline du suicide, bonsoir... Je vous écoute...

Et la première guerre mondiale éclate. Le 11 Août, la France entre dans la guerre. Le 15 Août 1914, tu prends part pour la première fois aux combats à Dinant (nan) et… Tu es blessé. Tu parles d’une entrée en matière, il est beau le héros. Tu rejoins alors le 33ème régiment sur le front de Champagne pour diriger la 7ème compagnie. Est-il utile de rappeler l’existence du film « Mais où est donc passée la 7ème compagnie »? Je ne crois pas non. Tu passes capitaine en Janvier 1915, c’est donc toi qui porte le brassard. La grosse responsabilité! Et justement, le 10 Mars 1915, tu es blessé à la main gauche. Ce qui ne t’empêche pas de devenir l’adjoint du commandant de ton régiment grâce à ton courage et ta volonté.

c

Choc de l'histoire. Elvis Presley se cache dans la foule pour abattre Charles De Gaulle, sauras-tu le retrouver?

Cependant, ce même régiment est quasiment anéanti le 2 Mars 1916 en défendant la forêt de Douaumont près de Verdun. La version officielle des faits est la suivante et elle commence alors que les survivants de la Troupe sont encerclés : « Il tente alors une percée; la violence du combat l’oblige à sauter dans un trou d’obus, pour se protéger, mais des Allemands l’imitent et le blessent d’un coup de baïonette à la cuisse gauche. Pris par les troupes allemandes, il est soigné et interné. » Mais puisqu’il y a version officielle, il y a forcément la version officieuse, deux points, ouvrez les guillemets Nous avons été encerclés et sous les ordres de notre capitaine de Gaulle nous avons été obligés de nous rendre fermez les guillemets. Tout de suite, l’histoire a moins de gueule. De Gaulle ou l’art de se créer une légende. Tu te retrouves en taule et tu y croises des célébrités telles que Georges Catroux (et oui, ça fait beaucoup) et Rolland-Garros qui ne s’était pas encore transformé en court de tennis. De cette prison, tu tentes de t’évader 5 fois. La preuve que t’étais un rigolo, Mesrine le faisait les doigts dans l’pif. Bref, la guerre se termine et tu es libéré à l’armistice avec l’amer sentiment de n’avoir servi à rien. Mais ce n’est pas qu’un sentiment…

gf

Et plus tard, mes statues devront être exactement comme ça et on ne discute pas.

Les allemands ne te rendirent pas ton sabre comme c’est la coutume pour tous les français qui se sont valeureusement battus avant de se rendre. Ils refirent une enquête après tes protestations mais ils confirmèrent. Tu ne t’étais pas battu… Pendant l’entre-deux si cher à Patrick Bruel, tu voyages en Pologne de 1919 à 1921 où tu deviens légèrement antisémite si on en juge par cette phrase : « Et au milieu de tout cela, d’innombrables […] détestés à mort de toutes les classes de la société, tous enrichis par la guerre dont ils ont profité sur le dos des Russes, des boches et des Polonais, et assez disposés à une révolution sociale où ils recueillaient beaucoup d’argent en échange de quelques mauvais coups. » On note la délicatesse de l’éditeur qui en supprimant le mot juif lui a donné beaucoup plus de force. Bref, le 7 Avril 1921 tu épouses Yvonne Vendroux qui te donnera deux enfants et demi puisqu’Anne meurt très jeune de sa trisomie. En 1927, tu es affecté à Trèves ce qui est une belle ironie pour un chef de guerre, dans le bataillon de chasseurs à pied… La gloire ne prend pas toujours l’autoroute.

Publicités