François Hollande.

Posted on vendredi 24 octobre 2008

3


Tout d’abord, François. Quelle idée? Non mais quelle idée? Tu pensais vraiment que les français te voudraient pour président avec un nom pareil? Crois-tu vraiment que les américains éliraient un John Mexico ou un James Afghanistan.

ef

C’était plus sympa à l’époque, les pubs pour les attachés-cases.

Mais prenons tout ça par son commencement. Tu nais le 12 Août 1954, journée où il ne se passe absolument rien en France, à Rouen en Seine-Inférieure, qui deviendra 6 mois après ta naissance, la Seine-Maritime. Tu végètes dans un milieu très aisé entre Georges Hollande, ORL de profession et Nicole Tribert, assistance sociale qui tenait son nom d’un léger zozotement qui lui faisait mal prononcer les belles couleurs de l’herbe et des feuilles les jours de printemps.

Tu as été président de l’UNEF (l’Union qui fait semblant de s’occuper des intêrets Nationaux de tous les Etudiants de France mais qui s’intéresse surtout à la future carrière de ses jeunes dirigeants) pour l’institut d’études politiques de Paris juste avant d’intégrer HEC en 1974 à tout juste 20 ans. Mais Mai 68 est passé par la et… Bah, rien du tout, toi tu t’en fous, tu récupères juste la tendance en présidant le comité de soutien à Mitterand dans ton école de bourgeois. Tu devais être sacrément in’ à l’époque, parce que être militant de gauche dans un repaire de droite, ça devait te ramener des gonzesses. Mais celà ne nous regarde pas…  En 1980, tu sors de l’Ena par la grande porte, la même que tu avais prise avec Ségolène Royal, lors d’une soirée organisé par l’Ecole Nationale des Assistés, pour aller fricoter dans les buissons.

zfg

Et là, François lui dit : »Nan mais si tu voyais la taille de ton cul, tu parlerais pas de mes lunettes! » Qu’est ce qu’on a rigolé!

Entre temps, tu es entré au bureau de Tonton Mitterand, et tu profites de ses largesses pour s’occuper de la question de l’économie en 1980. Autant dire que s’il est élu l’année d’après, c’est quand même bien grâce à toi… Ah bah non, pardon, personne est vraiment au courant que tu bossais pour lui à l’époque.

D’ailleurs, ce cher François doit beaucoup t’apprécier à l’époque, puisqu’il t’envoie te présenter aux législatives à Ussel, en Corrèze (logique, pour quelqu’un qui est né à Rouen et qui habite Neuilly) contre… Jacques Chirac. Il te bat au premier tour, puisqu’il obtient 54% des suffrages. Tu deviens conseiller municipal sous la houlette de Jacques Chirac tout en étant au service de Mitterand, histoire de ne pas mettre tous tes « Euuuh… » dans le même panier.

df

A chaque fois que je frappe à la porte comme çà, elle me dit "Michaël, Jacques sonne." alors que je m'appelle François quoi et que je frappe, j'comprends plus cette femme.

Après la réelection de Mitterand en 1988, tu es élu député de Tulle (et l’on dit depuis qu’un tiens vaut mieux que la Tulle aura). C’est toujours en Corrèze et on ne sait toujours pas ce que tu vas foutre là-bas. De 1988 à 1991, tu enseigneras aux chères têtes blondes qui fument des brunes en tapant leurs chaussures sur les roues de leurs scooters, l’économie à l’Institut d’études Politiques de Paris et un peu de Neuilly aussi.

De 1991 à 1994, tu exerces la profession d’avocat (comme quoi, t’as du quand même gagner quelques trucs dans ta vie, un ou deux procès par-ci par-là) avant de devenir le secrétaire national du PS à l’économie (vous noterez bien que c’est l’un des seuls secrétaires de sexe masculin de France, qu’il est pour ça le mieux payé, c’est quand même bien normal, surtout qu’il a pas fait le BEP secrétariat, il a appris sur le tas.)

Pour l’élection de 1995, tu es le porte-parole de Lionel Jospin, le candidat malheureux.

En 1997, la gauche plurielle remporte les élections et l’alternance est prononcée. Jospin Oui-oui devient 1er Ministre et tu récupères le poste de chef des Secrétaires. En 1999, tu es élu député européen mais tu refuses le poste en vertu du cumul des mandats… D’où l’intêret de se présenter.

2001, c’est l’élection à la mairie de Tulle! Au bout de la deuxième tentative… On t’avait dit « Tu verras, le surnom de la ville, c’est Tulle loose. » T’as du confondre avec la ville Rose. En 2004, tu montres encore ton incroyable sens de l’observation et ta frénésie de victoire en prenant parti pour le oui à la Constitution Européenne.

fg

Et là, quand je lève les bras, vous voyez, j'ai mes ombres de mains qui me pelotent les nichons, je leur dis d'arrêter mais elles n'obéissent pas, je n'en peux plus, je suis à bout...

Le 24 Novembre 2005, tu es re-élu à la tête du Parti Socialiste avec 77% des voix. Un score qui aurait été honorable… Si tu n’avais pas été seul candidat! C’est toi qui mène la candidature de son épouse, Ségolène Royal pour 2007. Ségolène Royal, ses fans nommés les royalistes… Candidat à la présidence de la République… Le couple Hollande-Royal qui veut se faire élire à la présidence de la République Française.

En parlant de cumul des mandats, tu en as été coupable entre 1988 et 1989 ou tu étais conseiller municipal d’Ussel et député de Corrèze. Ensuite, entre 1989 et 1993, où tu triples les mandats puisque tu officies à la mairie de Tulle en tant qu’adjoint au maire, toujours député de Corrèze et membre du conseil régional du Limousin. Entre 1995 et 2001, rebelote! Député, membre du conseil municipal et vice-président du conseil régional. De 2002 à 2008, tu en cumules deux seulement : député et maire de Tulle. Juste pour information, un cumul comme celui-ci revient à 15000€ de revenus. Tranquille le chat. Et toi, vieux faux-cul qui annule ton élection aux européennes pour soi-disant ne pas cumuler… T’avais juste envie de rien foutre, plutôt (non, c’est l’ami de Mickey, je sais, on me l’a déjà faite.)

Publicités